1er juillet : Fête du Canada ou Journée de deuil national ?

En ce 1er juillet 2021, de nombreuses villes canadiennes transforment les célébrations prévues (concerts, prises de parole, feux d’artifice, jeux de groupes et autres) en une journée de deuil national pour les Premières Nations, particulièrement pour les familles qui ont vécu de près ou de loin l’enlèvement de leurs enfants pour les éduquer dans des pensionnats mis en place par le gouvernement et gérés par les communautés religieuses.

Kamloops, 215 sépultures. Cowessess, 751 tombes non identifiées. Le pays tout entier accuse le choc des récentes découvertes. Que ce soit une journée de deuil national, de guérison ou de dialogue, plusieurs appellent à un 1er juillet différent.

Sarah R. Champagne, Appels à une journée de deuil national le 1er juillet, Le Devoir, 28 juin 2021.

À Québec et à Montréal et dans d’autres villes, des marches ou des veillées se tiendront à la mémoire des enfants disparus et morts dans les pensionnats et en soutien aux survivants de ces mêmes établissements. Le cœur ne semble pas à la fête après les découvertes des corps d’enfants autochtones sur les terrains de pensionnats. En fait, ce n’est que la pointe de l’iceberg. On découvrira encore des cimetières non répertoriés au Canada et possiblement au Québec.

Quelque soient les événements organisés à Rivière-du-Loup, gardons à l’esprit que le Canada s’est construit à partir des Premières nations avant l’arrivée des européen.ne.s. Gardons aussi à l’esprit que les intérêts des gouvernements successifs ont permis des prises de décision allant à l’encontre d’un très grand nombre de leurs citoyen.ne.s.

Le Canada qui a depuis toujours une si belle réputation d’accueil, a aussi ses dossiers cachés sous le tapis. Malheureusement ou au contraire, les coins du tapis commencent à lever. Ainsi nous pourrons entreprendre des relations avec les Premières nations et toutes les autres communautés sur le territoire canadien.

Une occasion pour revoir et réfléchir à notre HISTOIRE DU CANADA!